map-markerVia Autostrada 3/c - 24126 Bergamo
Réservez maintenant

CHOSES À VOIR À BERGAME ET AUX ALENTOURS

On se souvient de Bergame pour son côté actif en oubliant trop souvent ses innombrables attractions culturelles et ses témoignages historiques et artistiques.. L’hôtel Città dei Mille se trouve au centre de tout ce qui peut satisfaire les intérêts du visiteur. Bergame conserve un patrimoine historique, culturel et musical à ne pas perdre et nous vous proposons ci-dessous tout ce qui mérite d’être vu à Bergame et aux alentours.

CATHÉDRALE DE BERGAME

CATHÉDRALE DE BERGAME

Ses origines sont fort anciennes comme celles de toute la ville haute. Les vestiges les plus anciens remontent aux VIe et Ve siècle av J.-C.

Elle fut initialement dédiée à San Vincenzo dont il reste encore des témoignages picturaux et sculpturaux, conservés aujourd’hui dans le Musée du Diocèse. Les fouilles qui ont révélé les fondations de l’église ont mis au jour deux domus romaines adjacentes, permettant de souligner la vitalité de la région déjà à l’époque romaine. En 1689, elle fut définitivement consacrée à saint Alexandre, patron de la ville. La Cathédrale est connue pour la richesse de ses décorations mais aussi pour son « trésor » composé de calices, ostensoirs, devants d’autel et reliques très précieuses ; parmi eux se trouve la tiare du Pape Jean XXIII. Le précieux couvre-chef papal est une œuvre réalisée en 1958 par le repousseur Attilio Nani. Les matières utilisées dénotent la valeur absolue de la composition : or, perles, rubis, diamants, émeraudes sur mailles en argent.

VILLE HAUTE

VILLE HAUTE

Ses origines semblent remonter au VIe siècle av. J.-C. La période qui est la plus importante pour son développement remonte à la conquête romaine, autour de 200 av. J.-C., qui sera suivie de plusieurs siècles de prospérité. En 290 ap. J.-C., les premiers chrétiens font leur apparition et ce fut l’un des soldats de la légion thébaine, qui y mourut en martyre qui devint le patron de la ville : saint Alexandre. Parmi les moments forts de la ville, rappelons la domination vénitienne dont on peut encore aujourd’hui admirer les murailles (commencées en 1561). Bergame constitue enfin la frontière entre le Duché de Milan et est par conséquent sur une position stratégique pour la suprématie de Venise sur les routes commerciales qui la relient au Canton des Grisons via la Va Brembana.

Dernier passage historique pour la ville, mais non des moindres, le titre de « Ville des Mille » qui lui fut donné puisqu’elle fut la province qui contribua avec le plus grand nombre d’hommes à l’expédition pour l’Unité d’Italie. Par la Porta San Lorenzo, en 1859, Giuseppe Garibaldi, passa, concluant la domination autrichienne.

PALAZZO DELLA RAGIONE

PALAZZO DELLA RAGIONE

La Piazza Vecchia est assurément le « salon » de la ville de Bergame. Un édifice d’une beauté particulière le surplombe : le Palazzo della Ragione. Sa construction remonte au XIIe siècle et était probablement très différente de comme nous le voyons aujourd’hui. Les arcs situés en dessous remontent au XVe siècle et furent ouverts pour permettre le passage et apporter de la luminosité au portique. Au XVIe siècle, un incendie détruisit le toit et le premier étage. L’architecte Pietro Isabello fut appelé pour sa restauration et c’est à lui que l’on doit les nouvelles fenêtres et le portique. Le nouveau Palazzo del Comune, situé sur le côté opposé de la place, et qui devint par la suite la bibliothèque publique fut construit au XVIIe siècle.

Au centre de la façade du Palazzo della Ragione se détache un lion ailé de marbre blanc, offert par Venise en souvenir du lien antique entre les deux villes.

IL CAMPANONE

IL CAMPANONE

Il semble remonter au XIIe siècle et fut construit par la famille Suardi.

Son nom est Torre Civica, puisqu’il est devenu ensuite la propriété de la Commune de Bergame, mais les habitants de Bergame l’appellent « il Campanone » parce qu’il abrite la grande cloche (campana) qui pendant des siècles a scandé l’histoire de la ville en sonnant pour appeler les citoyens pour des assemblées publiques ou pour avertir l’arrivée des ennemis. Encore aujourd’hui à 22h, le Campanone sonne les 180 coups qui, à l’époque, permettaient aux citoyens qui se trouvaient encore hors des murailles, de rentrer avant la fermeture complète des portes de la ville.

Expérience fascinante d’aujourd’hui : monter sur plus de trente mètres de hauteur, grâce à l’ascenseur de cristal, jusqu’à la partie haute de la tour. De là, il est possible d’admirer la Ville Haute depuis un point de vue incomparable.